Le British Medical Journal publie une étude scientifique qui tendrait à démontrer que le vaccin anti grippal tuerait plus de personnes âgées qu’il n’en sauverait !

le

Une étude de la JAMA (Journal of the American Medical Association) a révélé que le vaccin antigrippal, administré à 60 % des personnes âgées de 65 ans et plus, pourrait tuer un nombre important de personnes âgées.

Sharyl Attkisson, un ancien journaliste d’investigation de CBS, affirme que l’étude montre qu’il n’ y a pas d’amélioration des taux de mortalité chez les personnes âgées vaccinées contre la grippe et qu’elle pourrait même contribuer à l’augmentation de la maladie et des décès.

Le site Inquisitr.com rapporte : L’étude “a reçu peu d’attention”, dit-elle,”parce que les résultats de la science sont tombés du mauvais côté.” Alors que les chercheurs avaient entrepris de prouver que la vaccination massive contre la grippe allait sauver du monde. Les chercheurs ont été “étonnés” de constater que les données n’étayaient aucunement leur présupposition. Les données montrent en fait que le nombre de décès a augmenté, et non diminué, chez les personnes âgées après vaccination.

Les scientifiques Johns Hopkins, Peter Doshi, et Ph. D., ont publié un rapport dans le prestigieux British Medical Journal, selon NewsLI, affirmant que la politique des CDC (Centres pour le contrôle et la prévention des maladies) de recommander systématiquement le vaccin antigrippal est basée sur “des études de faible qualité qui ne corroborent pas les allégations”. Il dit qu’il n’ y a aucune preuve que le vaccin réduit le nombre de décès chez les personnes âgées. Il est intéressant de noter que Doshi cite une étude australienne qui a également révélé des risques significatifs pour les enfants, déclarant qu’ « un enfant sur 110 de moins de cinq ans avait des convulsions suite à une vaccination contre la grippe H1N1 en 2009 ».

Lire aussi :  Let's Pollute - Détruisons la planète dans la joie et la bonne humeur

Au cours des essais cliniques du vaccin Fluzone contre la grippe, 23 personnes âgées sur 3 833 sont décédées après avoir reçu le vaccin, selon la notice du médicament, publiée par le Health Impact News. 226 autres ont subi des “effets indésirables graves”. Le fabricant nie tout lien entre les décès et le vaccin antigrippal.

Les seniors parlent du vaccin contre la grippe

Selon un rapport antérieur de l’Inquisitr, le public semble de plus en plus sceptique quant au fait que le vaccin antigrippal soit aussi bénéfique que les experts le prétendent. Le niveau de doute est fortement corrélé à l’incidence des fraudes en matière de recherche dans l’industrie du vaccin, une industrie qui réalise des milliards de dollars de profits chaque année.

Souvent, lorsqu’un article sur les dangers d’un vaccin est publié, il y a des gens qui écrivent pour parler d’un membre de leur famille qui a été victime du vaccin et il s’agit du vaccin contre la grippe pour les personnes âgées, sans exception. Un certain nombre de personnes ont écrit pour signaler que leur grand-mère, leur oncle ou leur frère sont morts peu de temps après avoir été vaccinés contre la grippe, parfois après avoir reçu leur tout premier vaccin de ce genre. Leurs récits sont souvent minimisés, mais le gouvernement verse plus d’indemnités pour le vaccin contre la grippe que tout autre vaccin.

Malgré cela, on compte de plus en plus sur chaque personne âgée pour aller se faire vacciner contre la grippe.

Le Health Impact News, une maison de soins infirmiers près d’Atlanta, en Géorgie, rapporte que le résultat d’une telle politique est dévastateur. Tous les résidents de Hope Assisted Living & Memory Care ont reçu un vaccin contre la grippe le vendredi 7 novembre. Chacun des seniors a immédiatement développé un accès de fièvre. Dans la semaine qui a suivi, cinq d’entre eux sont morts. La source rapporte que le profil type de l’établissement est généralement de un ou deux décès tous les six mois, souvent dus à la maladie d’Alzheimer.

Lire aussi :  Quand le lobby du sucre s'occupe de la santé dentaire de nos enfants

“L’établissement ne dit pas qu’ils sont liés au vaccin antigrippal, mais nous savons tous qu’ils le sont, et ils le savent.”

Il faut donc se poser des questions telles que : les avantages d’un vaccin antigrippal l’emportent-ils sur les risques, surtout chez les personnes âgées vulnérables ? Ou serait-il préférable qu’ils choisissent de rejeter l’injection ? A qui profite la dissimulation des preuves démontrant la nocivité du vaccin ? Et quel serait le motif pour fabriquer des preuves de préjudice s’il n’en existait pas ? Si les faits sont aussi solides que certains l’affirment, pourquoi semblent-ils menacés par des données contestées ? La vérité ne devrait-elle pas pouvoir résister à un examen minutieux ?

https://jamanetwork.com

Traduction : correction par Le Nouveau Paradigme

Source : http://globalmedianews.net

commentaires

laissez un commentaire