BANQUES Europe : Racket sur les découverts à 5 milliards d’€

le

A propos des banques il est bon de rappeler qu’en 1801 le 1er consul Bonaparte avait créé la banque de Franque et que jusqu’en 1973 la France empruntait à sa banque à taux très bas. Nous noterons que sur cette période la pays avait connu des bas mais aussi des hauts et que de 1958 à 1968 la France dirigée par le général de Gaulle connaissait un redressement et une croissance tout à fait exceptionnelle preuve que ce système financier se révélait très satisfaisant.
En1973 Pompidou demanda au ministre des Finances Giscard de faire une loi interdisant à la France d’emprunter à la Banque de France au motif que la France empruntait trop et serait mieux conseillée par les banques privées.

 

Nos « représentants »1 votèrent la loi et ceux qui s’y opposèrent, dont la gauche, furent traités de tous les noms et même d’antisémite du fait du lien existant entre Georges Pompidou et la Banque Rothschild..

Bref, depuis cette date la France contrairement aux promesses n’a plus jamais cessé d’augmenter sa dette, sauf avec le Ministre des Finances Thierry Breton de 2006 à 2007 sous Chirac. Aujourd’hui tous les records sont battus à plus de 2.200 milliards.

En ce moment la France paie environ 2% d’intérêt, soit 44 milliards par an mais ça ne va pas durer. Si nous retrouvons le taux moyen de 4,5% ce sera 88 milliards d’intérêts à payer en pure perte par an et bien plus si notre note « américaine » se dégrader.

Bref, pour faire court, il faudrait que les peuples des pays de l’Euro se mobilisent pour forcer l’UE à permettre aux pays de l’Euro d’emprunter directement à la BCE à taux très bas. Ce n’est pas aux banques privées de créer la monnaie de l’Euro en se gavant mais à la BCE. La création de monnaie est un droit régalien qui doit revenir au peuple.

Lire aussi :  les puces sous cutanées.

Il y a bien un danger, les peuples croient que l’ont peut emprunter sans fin. Sans garde fou il y a risque de détruire l’euro il faut donc prévoir d’exclure de l’euro tous les pays qui bénéficiant de ces prêts à bas taux seraient incapables de réduire leurs dettes. Hélas c’est trop compliqué à faire comprendre. Des dettes oui pour les situations d’urgence. Non pour un surendettement sans fin. Mélenchon nous mène très bien en bateau sur ce sujet en affirmant que les dettes ne se remboursent pas tout en omettant de dire que dans ce cas les intérêts eux sont alors à perpétuité.

C’était la minute de rêve, merci.

 

1) Ils représentent qui en réalité ?

Nota : (Il parait qu’on ne peut plus dire PS ?) Il se trouve de plus que la situation financière des banques n’est pas des plus claire, quand l’Europe fait des lois permettant aux banques de se servir sur leurs clients au dessus d’un certain plafond même si ce plafond rassure les classes moyennes il est néanmoins un signe avant coureur très inquiétant. (Oui c’est vieux c’était il y a 1 an, et alors ?) Nous avons connu la terrible crise des subprimes en 2008, si une telle situation se reproduisait les états déjà surendettés justement en grande partie par cette crise ne pourraient ne plus être capables d’assurer dans les mêmes conditions.

commentaires

laissez un commentaire