Bientôt le règne des machines, Bientôt un monde sans travail ?

Un reportage intitulé Un monde sans travail, diffusé sur la 5, met en évidence les dangers qui guettent nos sociétés, face à un univers de plus en plus mécanisé.
En avons-nous vraiment conscience ?

Une quatrième révolution industrielle a commencé : elle met au travail des machines toujours plus efficaces, intelligentes et autonomes : performance, productivité, flexibilité, partout les salariés doivent impérativement s’adapter à la logique du numérique.

Malgré cette course effrénée pour tenter de suivre le rythme, l’humain s’essouffle… Après plus de vingt ans de réformes vaines et de chômage de masse, le monde du plein emploi appartient au passé, balayé par la révolution technologique en cours.
Va-t-on vers un monde sans travail ?
Le numérique provoque une fracture sociale, laissant hors course de nombreux demandeurs d’emplois.

En Californie, dans la Silicon Valley se trouve l’épicentre de la révolution numérique : l’emploi est en train de devenir un marché mondialisé sous contrôle d’entreprises privées.
Comptables, juristes, avocats peuvent travailler à distance, grâce au numérique. Le travail en freelance gagne du terrain. Le transactions se font sur internet et une société récupère 10 % des transactions. Le recrutement se fait à très grande échelle et en temps réel. Le marché du travail indépendant est en pleine expansion aux USA.

Sans nous en rendre compte, nous avons basculé dans le monde numérique : petit à petit, les machines sont entrées dans nos vies, au travail, dans nos loisirs, partout…
Certes, elles nous rendent service, mais avec elles, nous faisons nous-mêmes le travail, gratuitement : on se sert de l’essence à la pompe, on achète des boissons dans des machines, on utilise des caisses automatiques.
Et on oublie, au passage, tous les emplois supprimés dans de nombreux secteurs d’activité.

De Pôle emploi à la Poste, le malaise est général… 3000 bureaux de poste sont menacés de fermeture, et les services de proximité risquent bientôt d’appartenir au passé. La poste se robotise, avec des machines : les clients sont orientés vers des machines et non plus vers des humains. On pourrait, alors, avoir des guichets ouverts 24 heures sur 24…
Plus d’humain, mais des machines….

Lire aussi :  Vous payez 136,24 € par mois pour l'évasion fiscale des riches.

“L’entreprise devient elle-même une machine à broyer les humains : on donne à comprendre aux salariés qu’ils sont interchangeables. Les gens sont sommés de s’adapter aux nouvelles demandes. Face à la machine, on ne fait pas le poids” déclare justement Hélène Duffau, écrivain et formatrice indépendante.

“On ne supporte plus l’emploi des sociétés bureaucratisés et en même temps, on est angoissé de perdre son emploi et de se retrouver au chômage…”, affirme un philosophe, mettant en évidence le paradoxe dans lequel sont enfermés les salariés.
Tâches répétitives, automatisées, emplois supprimés… l’automatisation en vient à mettre des gens dans le caniveau.

Et les robots sont de plus en plus performants : robots capables de percer, de visser, de porter, de classer.
“On donne à croire que tout cela est naturel et dans la juste marche du progrès… Quand on n’aura plus de boulot, qu’est-ce qu’on va faire ? On va aller très vite dans un monde écartelé entre les productifs et les improductifs : les esclaves qui vont remplir les machines, faire du câblage électronique en usine pour fabriquer des robots, les ingénieurs qui vont concevoir ce que ces personnes peu qualifiées fabriqueront… Entre les deux, la classe moyenne disparaît, on n’a plus besoin d’elle”, explique encore Hélène Duffau, ex-déléguée du personnel dans l’édition.

L’économie locale perd chaque jour du terrain, les centres ville se désertifient au profit des centres commerciaux. Parce que c’est pratique, parce que c’est moins cher, nous devenons les complices d’une logique qui met à mal l’emploi.

La plupart des biens que nous consommons sont produits dans des lieux très lointains, et pour cela, on a besoin de les acheminer à proximité de leur lieu de vente, au moindre coût possible, et aujourd’hui, partout sur le territoire français, on retrouve des espaces qui sont dédiés à cette tâche : gérer les flux.
Des entrepôts aux quatre coins du territoire… la technologie est ici aussi à l’oeuvre : les robots empêchent de faire des gestes répétitifs mais réduisent les emplois. L’objectif encore et toujours est de reduire les coûts.
Désormais, des drones peuvent même faire des inventaires.

Lire aussi :  Vaccins : les questions à se poser sur les controversés adjuvants à l'aluminium

Jusqu’où faudra-t-il s’adapter au nom de la productivité ? Quel sort sera réservé aux ouvriers ?
Le processus de déshumanisation s’accélère dans les entreprises de la grande distribution. Pris au piège d’une compétitivité pour s’accaparer plus de parts de marché, elles semblent condamnées à s’automatiser toujours plus.

Aux USA, en valorisant à tout prix le numérique, on passe d’une économie à une autre, comme à Pittsburgh, ancien fleuron de l’économie américaine : la ville a investi massivement dans le créneau High tech, avec une université réputée dans le domaine de la robotique et de l’intelligence artificielle.
L’argent est l’un des moteurs qui stimulent la robotique… Une des voitures 100 % autonome a été conçue à Pittsburgh, elle roule déjà dans les rues de la ville.
Google, Uber, Apple cherchent à entrer dans la course pour emporter ce marché lucratif.

En 2016, plusieurs convois de camions autonomes ont convergé vers le port de Rotterdam, en Hollande, parcourant plusieurs centaines de kilomètres sans chauffeur, en toute discrétion.
Combien d’emplois vont alors disparaître ? C’est comme une maladie qui se propage.

“L’intelligence artificielle peut offrir beaucoup d’avantages, mais il y a a aussi mille et une façons de tout gâcher, si on agit sans réfléchir, on pourrait par exemple adopter tous la semaine de trois jours et demi de travail et recourir à l’automatisation pour le reste, ou bien avoir une autre approche : licencier la moitié des gens dont les compétences ne sont plus utiles à la société…. Imaginez un monde dans lequel les 5 % que représente l’élite des nouvelles technologies deviendraient très riches grâce à l’automatisation généralisée, tandis que 95 % de la population mondiale seraient des laissés pour compte, ce serait une catastrophe… ” déclare Andrew Moore, doyen de l’école de science informatique.

Lire aussi :  Et l’humanité assombrit le ciel...

La vague technologique qui déferle pourrait laminer des millions d’emplois dans tous les secteurs. Un véritable tsunami est annoncé dans le marché du travail et les gens n’y sont absolument pas préparés.
Ainsi, les assistants virtuels se multiplient dans les banques, dans le secteur des assurances : ils ont des capacités à comprendre, ils perçoivent quand les clients sont satisfaits, ils sont toujours disponibles.

Ce nouveau capitalisme numérique étend son emprise, avec l’appui des grandes banques. A Wall Street, 90 % des transactions se font désormais grâce à des algorithmes sans aucune intervention humaine.

Et les riches deviennnent de plus en plus riches et les pauvres de plus en plus pauvres. 47 millions d’américains vivent en dessous du seuil de pauvreté, soit une personne sur 6.
Bien sûr, la robotisation pourrait nous libérer de l’esclavage du travail… mais les politiques ne semblent pas se préoccuper suffisamment de la révolution que connaît le monde du travail : on a l’impression que ce problème n’est pas pensé et qu’ on se laisse emporter par une sorte de frénésie de la productivité, sans se soucier des êtres humains…
 

Le blog :

http://rosemar.over-blog.com/2017/10/bientot-le-regne-des-machines-bientot-un-monde-sans-travail.html

Source :
https://www.france.tv/france-5/le-monde-en-face/283763-le-monde-en-face.html

commentaires

laissez un commentaire