Ils mentent…

 

Je me souviens d’un homme qui me disait.

-Nous allons bientôt atteindre mars et nous pourrons peut être répondre à LA question !
-Laquelle, lui demandais je ?
-et bien LA question voyons, “Sommes nous seuls ?”

Je lui répondis alors :

-Sais tu qu’il y a 200 ans, les nuées de tourtes voyageuses étaient si étendues qu’elles obscurcissaient le ciel des jours durant et que les nuées de courlis esquimau étaient si denses qu’un seul tir faisait tomber, dix, quinze, vingt oiseaux ?

Sais tu qu’il y avait tellement de baleines dans l’atlantique nord, qu’elles représentaient un danger pour la navigation, que les montaisons de saumons étaient si denses, que le claquement de leurs queues à la surface de l’eau vous tenait éveillés toute la nuit et tu en es encore à te demander si nous sommes tout seuls ?!

Bien sûr, sombre d’esprit que tu es seul, si tu fais partie d’un de ces culte débile qui t’élève au dessus des autres espèces.

Cette religion dont tu fais partie, fait disparaitre 200 espèces chaque jour qui passe et tes scientifiques sorciers annoncent avec flegme que les océans pourraient être dépourvus de poissons dans cinquante ans…mais tu te dis que leur magie finira par tout arranger n’est ce pas ?
Savais tu que la planète regorgeait de milliers de cultures humaines bien vivantes ?
et que cette richesse, ces cultures, sont en voie d’extinction à un taux relatif encore plus élevé que ne le sont les espèces non-humaines ?
Le monde étant en danger, il me faut te parler sans détour.

Tu sais, je pense qu’une haine ressentie pendant suffisamment longtemps, finit par ne plus ressembler à de la haine…mais prend la forme d’une religion, de l’économie, ou de la science, à certaines traditions ou quelques état de fait.
Le viol de l’autre, de tout, n’est pas seulement une action au sein de ce capitalisme malade, il est ce qui établi son identité.
L’identité du patriarcat masculin qui est l’essence du capitalisme, se définit en identifiant les autres, n’importe quel autre, comme étant inférieurs.

Lire aussi :  sodome et gomorrhe

Au sein de ce culte, ces actes consistant à violer les autres sont la manières de devenir qui nous sommes.
Ils valident qui nous sommes, puis ils réaffirment qui nous sommes, car à travers ces actes de viols répétés nous en venons à percevoir chaque nouveau viol, non seulement comme un renforcement de notre supériorité sur cet autre que nous avons violé, mais comme un état de fait.
Donc, sans cette identification des autres comme inférieurs, sans cette violation : Nous ne sommes pas.

Il te faut impérativement de la misère quelque part sur terre pour les autres, pour que toi, tu puisses être riche !
Si tu étais seul sur terre, le monde t’appartiendrait n’est ce pas ?
Mais serais tu riche ? Comment pourrait tu l’être ? sans un autre qui te soit inférieur ?
Est ce que tu comprends ? La violence de notre monde est là.Tu es violence.
La valeur absolue de l’argent, c’est le temps et l’espace de vie d’un être humain, rien d’autre. Tout ce que te raconte les économistes sont des inepties  pour pouvoir perpétuer et excuser cette maladie dont ils profitent.
Tout fonctionne par pure principe de vase communiquant, tu n’es riche que de la misère des autres ! Pour être riche, qui que tu sois, tu vas devoir précipiter une masse d’autres hommes à terre. Parce que dans le capitalisme, tu ne t’élèves pas ! Jamais ! Tu dois obligatoirement écraser, tout mettre en dessous de toi et quand tu vois un misérable dans la rue, au fond de toi, ne te mens pas, tu es rassuré d’être plutôt à ta place qu’à la sienne, tu te sens mieux parmi les dominants.Tu es violence.

Lire aussi :  CANCER, un business d’Etat…

Le riche, c’est celui qui s’identifie clairement des autres, par sa supériorité.
dans cette culture, tout ce qui est violable nous définit, ça valide qui nous sommes et réaffirment qui nous sommes.

Notre identité est cette relation de domination à l’autre, c’est pourquoi nous sommes vide et devons remplir ce vide en validant notre supériorité, le remplir en violant, d’où les viols.
D’où la violation de toutes les limites tracées par chaque culture indigène. D’où les extinctions.
l’escalade technologique (et non le mot menteur de progrès), augmente l’aptitude des dirigeants à contrôler et à violer à distance.
Qu’est ce qu’un gouvernement d’ailleurs ? Si ce n’est de la violence organisée ?
La science qui envoie des sondes tout profaner, dans l’espace et les océans pour pénétrer les replis les plus profonds du monde. Scientifique, voyeurs insatiables, avec leur microscopes de plus en plus performant, pour violer au plus profond de l’intimité de toutes choses.
Cette culture continuera à violer, jusqu’à ce qu’il ne reste plus rien à violer! Plus rien !

Ce qui est en jeu, c’est la vie sur cette planète !

Ce culte de la masculinité ne doit pas simplement être abandonné, ne doit pas seulement être dénoncé, mais détruit, radicalement.
Sinon, il continuera à se frayer un chemin en violant tout sur son passage, jusqu’à ce qu’il n’y ait plus rien de vivant.
mais avant de pouvoir nous défaire de ce culte de la masculinité, il faut comprendre qu’il ne s’agit pas que de ça
Il faut bien graver ça en nous, l’impératif de violer n’est pas naturel, il est culturel.
il faut donc résister contre tous les efforts des bourreaux, des violeurs, qui tentent de “naturaliser”, cette pulsion du viol.
car c’est cela que les bourreaux et les violeurs doivent faire, ils doivent tenter de se convaincre et de convaincre tout le monde que leur manière d’agir est la seule qui soit.
Qu’il n’y a pas d’autre manière de faire. ils doivent se convaincre et convaincre tout le monde, qu’il n’y a rien en dehors du culte de la masculinité et bien entendu, par dessus tout, qu’il n’existe aucun culte de la masculinité.
qu’il n’y a que cette manière de vivre, “there is no alternative pour paraphraser Tatcher, qui n’est d’ailleurs pour eux, pas qu’une manière de vivre, puisqu’elle englobe tout ce qui est, tout ce qui fut et tout ce qui sera.

Lire aussi :  Un superbe coucher de soleil sur Mars capturé par Curiosity

Cette manière de vivre représente tout, disent ils.
Mais ils mentent, à vous comme à eux mêmes.

Malgré qu’une culture tout entière les soutienne, ils mentent quand même.

et si vous, vous êtes paniqué à l’idée de perdre un mode de vie confortable écologiquement meurtrier et socialement oppressif. c’est tout simplement indécent. l’effondrement économique qui vous inquiète tant, c’est simplement la vie de celui qui plante votre café !

Car cela revient à entendre des esclavagistes se plaindre et s’inquiéter des conséquences d’une abolition prochaine de l’esclavage. Sauf qu’en l’occurrence l’esclavage se double d’une 6ème extinction de masse, d’un réchauffement climatique aux conséquences cataclysmiques et d’une violence inégalée appuyée par une technologie de pointe, etc.

Ce dialogue est construit autours du discours, la boite à hommes et le culte de la masculinité de Derrick Jensen.

Nowe Réginald,

commentaires

laissez un commentaire