L’Arabie Saoudite préside à nouveau le Haut-Commissariat aux droits de l’homme de l’ONU

A gauche: FAisal Trad, ambassadeur saoudien à Genève, a été élu président du haut-commissariat aux droits de l’homme des nations unies qui désigne des experts indépendants. A droite: Michael Moller, directeur-général des bureaux des nations unies à Genève.

Genève, le 20 septembre 2015 – L’ambassadrice américaine Samantha Power et la ministre des affaires étrangères de l’U.E. Federica Mogherini devraient condamner et tout faire pour annuler la présidence de l’Arabie Saoudite au Haut-Commissariat aux droits de l’homme des nations unies, qui sélectionne des individus qui façonnent les standards en matière de droits humains internationaux et qui rapportent les violations de ces derniers, a dit UN Watch, un organisme de surveillance non-gouvernementale basé à Genève.

« Il est absolument scandaleux que les Nations Unies ont choisi un pays qui a décapité plus de gens cette année que l’Etat Islamique à la tête du haut-commissariat de l’ONU, » a dit le directeur exécutif de UN Watch Hillel Neuer. « Les pétrodollars et la politique ont pris le dessus sur les droits de l’homme. »

« L’Arabie saoudite a sans doute le pire dossier au monde quand on en vient à la liberté religieuse et aux droits des femmes, et elle maintient le blogueur innocent Raif Badawi dans ses geôles, » a ajouté Neuer.

« Cette nomination est comme faire d’un pyromane un chef pompier, et discrédite complètement le haut-commissariat aux droits de l’homme qui compte déjà la , Cuba, la , le Qatar et le Venezuela parmi ses membres élus. »

commentaires

laissez un commentaire

Lire aussi :  La frontière nord-coréenne sous le feu des bombardiers américains